for the same content in english, visit: www.mypregnantbrother.com

NEXT→

La mini-tournée de MON FRÈRE EST ENCEINTE à Montréal se poursuit:

Mercredi 13 février 20h00
Maison de la culture Plateau Mont-Royal

Jeudi 14 février 20h00
Maison de la culture Notre-Dame-de-Grâce

Jeudi 21 février 20h00
Maison culturelle et communautaire de Montréal-Nord

Vendredi 1er mars 20h00
Maison de la culture Pointe-aux-Trembles

Mardi 9 avril 20h00
Maison de la culture Côte-des-Neiges

Billets

Productions FREESTANDING présente



mon frère est enceinte



texte, traduction et interprétation
Johanna Nutter
mise en scène et dramaturgie
Jeremy Taylor


crédit photo Susan Moss

Dans Mon frère est enceinte, Johanna Nutter raconte l’incroyable et véridique histoire de la grossesse de son frère, deux ans avant l’évènement super médiatisé de Thomas Beatie, le supposé  « premier homme à avoir enfanté ». L’auteure, devenue très tôt le pilier sur lequel ses proches s'appuyaient, doit tenter de redessiner son rôle au sein de la famille et de trouver sa place dans le monde, en même temps que son frère lui demande de prendre tout un autre rôle: celui de coparent.

« Si c'était une histoire inventée, on crierait à l'invraisemblance. Johanna Nutter a tiré de son histoire familiale un récit à la fois incroyable et d'une humanité universelle tant il porte d'imperfections, de complications, de souffrance et d'absurdité, mais aussi d'amour, d'émotion et d'espoir… »

Marie Labrecque, Le Devoir, 11 novembre 2011

Avec une seule craie blanche pour planter son décor, Nutter nous livre un portrait d’une famille unique. Une famille qui bouscule nos propres valeurs familiales, nos conceptions de la maternité, de l’identité, et surtout, l’équilibre précaire de notre présence envers ceux qu’on aime et de notre besoin de vivre pleinement notre propre vie.

« Sans fards ni artifices, pieds nus sur la scène, l'actrice livre son monologue en s'adressant directement aux spectateurs. Avec beaucoup de charisme. Même dans les épisodes tristes ou éprouvants, sa présence demeure lumineuse ».

Luc Boulanger, La Presse, 10 novembre 2011

MOT DE L’AUTEURE...

Je me souviens de ce Noël, en 2006, quand j’ai passé 26 heures de suite sur le plancher de ma cuisine. J’avais beau essayer, j’étais incapable de me relever. À un moment donné, je me suis dit : si jamais je réussis à me lever, il va falloir que j’en fasse une pièce de théâtre.

Qu’est-ce qui m’avait amené au plancher était une série d’événements peu croyable : mon frère avait donné naissance à une petite fille et il voulait que nous trois formions une famille. Quand j’ai refusé, il a donné le bébé à quelqu’un qu’il avait trouvé sur l’internet. Je pourrais essayer de rendre ces faits plus plausibles en expliquant que mon frère est transgenre et qu’il a la même chimie que ma mère, deux parties bipolaires avec une partie schizophrène; je pourrais parler de mon enfance, comment je suis devenue responsable de ma famille très jeune… Mais déjà ces étiquettes engendrent en moi une frustration que je sens monter. D’où la pièce. Dans le théâtre, je peux rester dans l’espace entre le noir et le blanc, où la vérité grisâtre frémit. Je les aime ces personnes et je les hais aussi. Je hais surtout les rôles qu’on s’est imposés : je serai ceci pour toi si tu seras cela pour moi. Mais ceci n’est pas une histoire de définitions. C’est une histoire de redéfinitions.


crédit photo Susan Moss

MOT DU METTEUR EN SCÈNE...

Quand Johanna m’a demandé de me joindre à un projet intitulé « My Pregnant Brother », j’avais quelques soucis immédiats. Premièrement, j’avais peur que mon manque total de contact avec la communauté transgenre et les questions complexes qui l’entourent révèleraient en moi au moins un ignorance sidérante, ou pire encore, une hypocrisie odieuse. En plus, je n’étais pas certain que je voulais me lancer dans une discussion de questions de genre alors que j’avais pris tellement peu de temps moi-même à songer à ces questions, et quand les artistes qui ont pris ce temps-là se font déjà si bien entendre.

À un moment dans le processus dramaturgique--Johanna et moi avons pris du temps pour développer le texte ensemble--j’ai demandé à l’écrivaine « de quoi » parlait sa pièce. C’est la question la moins appréciée des écrivains, je ne savais donc pas à quoi m’attendre comme réponse. Dans ma propre écriture, je commence à trouver que cette question est une des voies les plus directes pour identifier le pouls central de la pièce et avec ça, l’épreuve centrale, le personnage central, et par extension, le point culminant. Malgré cela, en sortant de ma bouche la question me semblait embêtante. C’était évident que la pièce de Johanna parlait de sexualité, de genre, de maternité, de famille. Mais quand Johanna a dit, sans aucune hésitation, « l’identité », j’étais surpris. « L’identité de qui? » j’ai demandé. Elle a répondu « La mienne ». Et en deux petits mots ma perspective sur la pièce avait changé et j’étais capable de voir pour la première fois le joyau précieux avec lequel je travaillais. Mon frère est enceinte prend toutes nos insécurités légères et illusoires, toutes nos peurs et toutes nos raisons de lâcher, les distille, et les verse sur une scène vide pour qu’on puisse les voir. Quelle histoire. Merci, Johanna, de la partager avec nous. Enjoy.


crédit photo Susan Moss

BIOGRAPHIES...


« Johanna Nutter nous raconte sa vie rocambolesque avec beaucoup de chaleur, de tendresse, voire de bonheur. Si son histoire est tordue, sa transposition est limpide. »

Luc Boulanger, La Presse, Novembre 2011



JOHANNA NUTTER a eu son premier rôle à l’âge de deux ans dans le film Loose Associations, réalisé par son père pour l’ONF, et elle continue à travailler comme auteure, comédienne et productrice, en radio, cinéma, télé et surtout, au théâtre. Elle a étudié pendant 10 ans avec Warren Robertson, qui compte parmi ses élèves Jessica Lange, Robert DeNiro et Marie-Josée Croze. Née de parents anglophones, elle est native du quartier grec et portugais de Montréal mais à l’âge de douze ans elle se retrouve à Valcourt, dans les cantons de l’est, où elle apprend à parler français.

Elle est la fondatrice et directrice artistique des Productions Freestanding et concierge de l’espace du même nom. Elle habite juste à côté du Mont-Royal, d’où elle prend ses forces. Mon frère est enceinte est sa première pièce.



« La mise en scène minimaliste de Jeremy Taylor s’accorde parfaitement avec la mise à nu sans artifice de Nutter… »

Elsa Pépin, VOIR, 17 novembre 2011


JEREMY TAYLOR est directeur artistique et auteur en résidence de la compagnie Two-Wheeler Productions. Pour sa compagnie, il a écrit, produit et mis en scène The Beekeepers, The King of Fifteen Island et Living With Rick. Jeremy est diplômé du programme d’écriture de l’École nationale de théâtre du Canada. Il a également été le fondateur et le directeur régional du tournoi des Canadian Improv Games à Waterloo, maintenant à sa 11e saison.

Depuis 2005, Jeremy a travaillé comme écrivain, metteur en scène, dramaturg et interprète pour plus de 15 productions à Montréal, Toronto, Ottawa, Vancouver, New York, l’Île-du-Prince-Édouard et Édimbourg. Sa plus récente pièce Big Plans a été produite à l’Espace Freestanding en novembre et décembre 2011, mise en scène par Tanner Harvey. Il vit à Montréal.

LES PRODUCTIONS FREESTANDING...

Fondée en 2009, la compagnie réunit des créateurs désirant raconter des histoires dans l'intimité, avec simplicité. Leurs spectacles ont voyagé à travers le Canada, aux États-Unis et en Angleterre.

Depuis leur début avec My Pregnant Brother / Mon frère est enceinte, ils ont produit une nouvelles pièce de Ned Cox, écrite pour les comédiennes Johanna Nutter et Paula Costain: Duplicity Girls (Espace Freestanding 2010, Centaur Theatre 2011, White Bear Theatre, Londres, 2011), mise en scéne par Tanner Harvey, ainsi que le solo de Daniel Giverin sur la vie du poète irlandais, W.B. Yeats nommée Two Trees, dirigée par Jeremy Taylor. La plus récente production de la compagnie était la première mondiale de la nouvelle pièce de M. Taylor, Big Plans, une coproduction avec Two-Wheeler Productions, mise en scène de Tanner Harvey.

Les Productions Freestanding gèrent l'Espace Freestanding Room, un studio et coopérative d'artistes sur le boulevard Saint-Laurent. Pour en savoir plus, ou pour devenir membre du studio, visitez www.freestandingroom.com.


crédit photo Jonathan Wenk

CRITIQUES...


crédit photo Pam Price

« Nutter se montre aussi courageuse que vulnérable ».

Elsa Pépin, VOIR 2011

« Elle possède cette faculté de passer des larmes au rire…et de donner vie à ses proches en quelques traits ».

Marie Labreque, Le Devoir, 2011

« Entre toutes les démarches autobiographiques et confessions publiques qui sont légion aujourd’hui, le solo de Johanna Nutter fait partie de ces oeuvres personnelles inspirées de la réalité qui évitent le piège de l’exhibitionnisme ou de la banalité ».

Elsa Pépin, VOIR 2011

« Avec Mon frère est enceinte, Johanna Nutter livre une pièce remplie d’amour, qui nous réconcilie avec les failles et les travers du genre humain ».

Luc Boulanger, La Presse 2011

ASPECTS TECHNIQUES...


Durée : 60 minutes
Jauge : 250 personnes
Public cible : 14 ans et plus
Besoins techniques minimum
Aire de jeu minimum : 12 pieds (largeur) x 12 pieds (profondeur) x 8 pieds (hauteur)



crédit photo Susan Moss

HISTORIQUE DE LA PIÈCE...

Mon frère est enceinte est le résultat d’une collaboration entre l’auteure et interprète Johanna Nutter et le metteur en scène et dramaturg Jeremy Taylor. La version originale a été présentée au Festival Fringe de Montréal (juin 2009), au Centaur Theatre’s Wildside Festival (janvier 2010), au Victoria Playhouse à L’Île-du-Prince-Édouard (juillet-août 2010), au Undercurrents Festival au Great Canadian Theatre Company à Ottawa (janvier 2011), au Neanderthal Arts Festival à Vancouver (juillet 2011), et au Nouveau Mexique, sur la Mesa d’Embudo.

La pièce a remporté le prix de la meilleure production anglophone au Festival Fringe de Montréal en 2009 et en 2010, Johanna s’est vu remettre un Montreal English Critics Circle Award (MECCA) pour le meilleur texte de l’année à Montréal. Pour la première francophone à La Petite Licorne, en novembre 2011, Johanna a entrepris sa propre traduction. Elle l’a joué en français avec des représentations en anglais les vendredis, une première pour le théâtre.

My Pregnant Brother / Mon frère est enceinte a poursuivi sa tournée avec 2 soirs enneigés au Théâtre du Bic, suivi d’une première européenne, le 31 janvier au Festival ProPulse à Bruxelles.

Le texte sera bientôt publié par Dramaturges Éditeurs et il est disponible, dans les deux langues, à la bibliothèque de l’École nationale du théâtre du Canada.

À Suivre...



NEWS...

mon frère est enceinte a gagné le COCHON D'OR!!!
c'est le prix pour le spectacle "dont la force et l’originalité en ont fait un moment théâtral unique".

johanna a aussi été nominée pour la cochonnette vedette (comédienne s’étant distinguée par la force de sa performance) et le cochon dramatique (meilleur texte original écrit dans l’année)
http://www.carteprem1eres.com/dl/cp_cochons2012_gagnants.pdf


lors du gala aux écuries, le 21 juin 2012, elle a eu l'honneur de tenir un vrai petit cochon dans ses bras...




voici la lettre qu'on lui a remise avec le trophée...


elle en était très fière, comme vous pouvez constater en regardant ce vidéo promo pour le Juste Pour Rire - Zoofest...



SUMMERWORKS invite Mon frère est enceinte à présenter le spectacle à Toronto pour la première fois cet automne, du 9 au 19 août, 2012:
http://summerworks.ca/2012/portfolio/my-pregnant-brother/

Le show voyage à WINNIPEG, pour faire partie de FEMFest, en septembre 2012...

CONTACT...

Nom:
Email:
Lieu:
Message:
ajoutez votre nom à ma liste d’envoi*
* ton adresse email ne sera jamais partagé ou publié.





Ce site fonctionne entièrement à éolienne.
Tout le contenu copyright © Johanna Nutter.
Website par Jesse Nutter.